FTL par Paul Wombell

Les paysages ne sont jamais statiques ; ils changent constamment en fonction du climat et des interventions de l’homme. Une intervention significative a été la délimitation des terres en territoires bien définis appelés nations. À partir de ces territoires, les caractéristiques humaines sont déterminées et façonnées en identités nationales.
Fin 2010, un groupe de photographes résidant dans l’un de ces territoires nationaux appelé la France décide d’entreprendre un nouveau projet photographique. Il a pour ambition de chercher à savoir comment la photographie pourrait définir les caractéristiques principales de l’identité et du territoire français au début du XXIe. Au cours de ces trois dernières années plus de cinquante personnes ont participé activement à ce projet photographique en travaillant en toute liberté afin de créer une nouvelle vision du territoire français. Il en ressort cette exposition au sein de laquelle quarante trois photographes exposent leurs travaux pour la première fois.
En utilisant différentes approches, les photographes traitent un large éventail de sujets comme la mondialisation, l’anthropocène, la mémoire, les changements technologiques, la subjectivité, l’idée de nation et la migration. Cependant, si un thème traverse tous les projets, c’est l’idée que toutes les frontières sont temporelles et liquides et changent en fonction de la politique et de la technologie.
Certains de ces photographes se sont employés à rendre visible ce qui ne peut être vu, des frontières oubliées ou disparues. Plusieurs d’entre eux ont questionné les frontières culturelles et artistiques établies entre le passé et le présent ainsi qu’entre la réalité et la fiction. Nombre d’entre eux ont travaillé à un seul endroit alors que d’autres ont voyagé à travers la France dans le cadre de leur démarche artistique.
Ce projet photographique n’est pas une topographie systématique.
Il n’en a jamais été question. Ce n’est pas non plus une topographie impressionniste. Il s’agit d’un exposé visuel provisoire sur l’état des territoires français et aussi d’une libre enquête sur la nature de la nation européenne et celle du procédé photographique. Il s’agit peut-être ici du plus important projet photographique entrepris en Europe au cours des trente dernières années. Ce projet soulève la question suivante : comment une nation se définit-elle lors d’une période de changement technologique rapide au cours de laquelle les frontières sont définies par les ondes électromagnétiques plutôt que par les murs et une période au cours de laquelle les décisions voyagent de parlements en salles de conseil d’administration ? Dans chacun de leurs travaux, les photographes se posent la question suivante : comment rendre visible aujourd’hui une nation appelée France ?

Paul Wombell
Curateur et directeur artistique de l’exposition France(s) territoire liquide

43

Photographes

41

Projets

500

Photos

L'ensemble de la mission "France(s) territoire liquide" est dédiée à Jérôme Brézillon